Retour sur l’écosystème de la Baumine

Le samedi 5 mai, nous sommes allés prélever des invertébrés vivant dans le lit de la Baumine afin de mesurer la qualité de l’eau. En effet, certains invertébrés étant sensibles, et pour certains très sensibles, à la qualité de l’eau, leur présence ou leur absence constitue une indication fiable quant à cette qualité.

Nous sommes d’abord allés au-dessus de Praz-Mincin, un peu en amont du pont, et nous somme ensuite descendus vers la STEP, un peu en aval du tuyau d’évacuation de la station. La situation écomorphologique de ces deux sites est extrêmement différente : en haut, le site est peu influencé par l’activité humaine (état du lit, des berges, profondeur, etc.) et donc bon. En bas, le tronçon est canalisé, droit, pratiquement sans végétation : il est écologiquement en mauvais état.

Si l’on compare à présent la qualité de l’eau elle-même, le résultat est nettement plus encourageant. En haut, l’état, comme on pouvait s’y attendre, est très bon. Nous avons notamment trouvé des larves de perles, qui sont les organismes les plus sensibles et qui disparaissent rapidement si l’eau perd en qualité. Mais il s’avère que la qualité de l’eau est bonne après la STEP. Nous avons trouvé des larves d’éphémères, qui sont également des organismes sensibles (les larves de perles sont classées « A » et les larves d’éphémères « C »).

L’étude de ces deux sites, le prélèvement et l’identification de ces invertébrés (effectuée l’après-midi même à l’Hôtel de Ville) ont été passionnants et nous remercions encore l’hydrobiologiste Laurent Decrouy pour son engagement et son enthousiasme pédagogique.

Favorisons les hérissons dans nos jardins !

Cliquez sur l’image pour l’agrandir…

Le hérisson est un animal qui tend à disparaître de nos régions pour plusieurs raisons :

  • Diminution de son habitat par l’extension humaine et l’urbanisation.
  • Pesticides.
  • Circulation routière.

C’est un animal fragile qu’il faut protéger et qui rend des services, notamment en se nourrissant d’insectes et de limaces. C’est un indicateur positif de biodiversité s’il est présent.

Une famille de quatre jeunes et une mère a été découverte dans un jardin baulméran (voir la photo ci-dessus) !

Des conseils pour les aider sont donnés dans différents sites web, comme celui de la Charte des jardins (sigle ci-dessous) ou encore l’association herissons.ch.

 

Le programme s’enrichit de deux nouvelles activités !

On croyait que la saison de Baulmes Demain touchait à sa fin, mais il n’en est rien ! Ce n’est pas une, mais bien deux nouvelles activités qui se sont ajoutées au programme déjà très intense !

Dans l’ordre, nous avons une conférence sur l’éclairage nocturne (le 20 juin) et une séance participative d’échanges (le 24 juin) pour discuter des évolutions de l’association Baulmes Demain !

Réservez les dates !

 

À la découverte de l’écosystème de la Baumine, samedi 4 mai

Ce samedi, nous allons prendre la température biologique de notre rivière, la Baumine ! Voir à ce sujet cette page qui détaille l’activité.

D’entente avec le spécialiste Laurent Decrouy, l’activité de ce samedi 4 mai est maintenue, malgré une météo a priori un peu humide. Pour ne pas trop nous exposer à la bruine printanière, nous allons raccourcir les deux étapes de prélèvement des échantillons d’eau en amont et en aval du village.

L’étude de la qualité de l’eau de la Baumine sera réalisée ensuite dans une salle de l’Hôtel de ville de Baulmes, au sec !

Nous vous donnons rendez-vous à 13h30 au refuge des Rochettes pour commencer cette expédition !